#52 dentelles : Ombre et lumière

Je t’avoue que cette semaine, je suis bien embêtée par le thème. Je pense que tu as remarqué, je suis plutôt Bisounours comme fille, sur mon blog, je n’aime pas trop les ombres. Je suis plutôt quelqu’un qui va voir le positif, la lumière dans toute chose, et dans chacun. Heureusement hein, que je suis un peu comme ça dans la vraie vie aussi parce que, vu mon métier, sinon, j’aurais sombré dans l’alcool  vite fait changé de voie !

En ce qui concerne mes petites réalisations, tu le sais bien, tout est mis en lumière, rien n’est laissé dans l’ombre, pas même mes ratés !

Alors du coup, je vais laisser ce thème de côté, et me concentrer sur l’un de mes derniers tricots en date : il s’agit d’une « couverture de Clara » d’après le super tutoriel d’All Made Here.

20180805_102839

Je ne sais pas comment je me suis debrouillee car elle est beaucoup plus large que haute. Ceci étant les explications sont hyper claires et pas compliquées une fois qu’on a pris le coup.

Me reste maintenant à trouver un bébé à gâter !  😅

#52dentelles #ombresetlumieres

Publicités

#52dentelles : Forêt

Depuis quelques semaines, Charlotte voue une véritable passion aux kak. Mais si, tu vois bien, un kak ! Enfin un kak de courses, un kak à main, un kak à langer… Ça y est, tu y es ?

Il était temps qu’elle ait son propre kak, surtout qu’il n’y a en ce moment que ça (et les clés ! ) qui l’incite à marcher !

Voici donc son petit kak à main au motif forêt, très automnal mais aussi très mignon !

 

C’est un modèle issu du blog La Barakossa malheureusement abandonné depuis plus d’un an…

#52dentelles #forêt

Point lecture du mois d’août

Aoûûût ! AOUUUUUU ! Vacances !!!!!!! Détente !!!! Lectuuuuuure !!!!

Oui, arrivée au moment des vacances d’été, me voilà un peu devenue femme des cavernes qui ne pense à rien d’autre que….rien. Le farniente. No stress. No cavalcade. No situation pénible à gérer au boulot. Rien. Retour à la vie. Et retour aux livres !

Donc, au mois d’août, j’ai lu plusieurs choses. Deux bandes dessinées, deux romans, un classique et un essai si bien écrit qu’il se lit comment un roman.

  • Artemisia, Bande dessinée de Nathalie Ferlut et Tania Baudoin, collection Mirages, Editions Delcourt.

L’histoire vraie d’Artemisia Gentileschi, une peintre émérite et renommée, qui exerça son art dans l’Italie de la Renaissance, malgré toute la difficulté pour être reconnue à une époque où naître femme et vouloir vivre de son art était chose impossible. Les femmes alors n’avaient pas même le droit d’acheter seule du matériel de peinture…quant à signer leur propres tableaux…

Une artiste qui mériterait sa place dans un tome prochain des « Culottées » de Pénélope Bagieu !

  • Eve sur la balançoire, Bande dessinée de Nathalie Ferlut (encore !), Editions Casterman

Encore un portrait de femme, un destin brisé mais une histoire incroyable. J’ai adoré le style du dessin !

Voici le conte cruel de Florence Evelyn Nesbit, dite Eve, dans le New York des années 20. A l’âge de 16 ans, poussée par sa mère qui monnaye sa beauté, Eve devient le visage de nombreuses publicités, une icône et une emblème pour la jeunesse de l’époque. Pour s’être approchée trop près de la lumière, elle va petit à petit se brûler les ailes…malheureusement, son destin se nouera autour d’un fait divers incroyable qui, s’il est inconnu en France, reste marquant pour les Etats Unis où il est connu comme « le premier procès du siècle ».

  • Loin de Sils Maria : la prodigieuse ascension de Johann Josty, de Michèle Kahn, aux éditions Le Passage.

J’avoue tout : j’ai emprunté ce livre pour sa couverture, très dépaysante, mais aussi pour la référence à un film que j’ai beaucoup aimé, avec Juliette Binoche et Kristen Stewart.

Mais ici, rien à voir. Nous suivons, à nouveau, l’histoire vraie de Johann Josty, au démarrage prénommé Gian. C’est un petit garçon qui grandit à Sils Maria, au XVIIIème siècle, un petit village dans la montagne (aujourd’hui Suisse), où il garde des chèvres pour le compte de quelqu’un d’autre. Un jour, il blesse mortellement une chèvre, alors qu’il comptait fleurette à une jolie jeune fille…Effrayé, craignant les sanctions, il s’enfuit, et rejoint Magdebourg, en Prusse, seul, sans vivres, à pieds, pour se faire embaucher comme apprenti pâtissier chez son oncle. Là bas, il va apprendre à filer le sucre, découvrir arômes et fruits jusqu’ici inconnus…. il montera le premier véritable empire de la pâtisserie à Berlin, mais n’oubliera jamais d’où il venait, et ce si beau village au nom poétique « Sils Maria ».

Une très passionnante histoire. J’ai cependant parfois peu apprécié le style, qui mêle « petite histoire » et « Grande Histoire », avec beaucoup de dates, d’événements historiques relatés, de personnages célèbres (simplement pour situer le contexte) et, à mes yeux, ces éléments noyaient parfois le roman dans l’Histoire.

  • Broadway Limited, de Malika Ferdjoukh

Un roman jeunesse cette fois, que j’ai beaucoup beaucoup aimé. Il faut dire que je suis nostalgique de cette époque que je n’ai pas connue aux États Unis, juste après la Seconde Guerre Mondiale, où tout semblait possible…

Nous sommes donc à New-York et par un concours de circonstances, et de différence de prononciation, le jeune Jocelyn Brouillard, français, se trouve admis dans une pension réservée aux jeunes filles. Il est là pour poursuivre des etudes de musique.

Il va alors rencontrer toute une galerie de personnages hauts en couleurs, qui présentent tous leurs failles et leurs histoires secrètes. on y croise également nombre stars de l’époque !

C’est un premier tome, d’une saga qui en compte deux… hélas le deuxième ne sort qu’en novembre de cette année ! Il sera long d’attendre jusque là  (et plus encore car je l’emprunte à la bibliothèque !).

  • L’attrape-coeurs, de JD Salinger

Un classique de la littérature américaine, toujours étudié aujourd’hui par les élèves américains, et ce depuis sa première parution en 1951.

On y suit le récit à la première personne d’Holden Cawlfield, qui vient d’être renvoyé de son quatrième college à l’âge de 16 ans. Il décide de quitter l’établissement au beau milieu de la nuit, quelques jours avantque ne débutent les vacances de Noël. Nous suivons environ les 36 heures suivantes et les sauts de la mémoire du personnage principal.

Bon. Je dois dire que je n’ai pas tellement aimé ce livre. Le ton, les propos très orduriers, le pessimisme permanent du « héros », et les permanents allers retours de ses pensées m’ont un peu gonflée. En revanche je peux comprendre qu’il ait eu un vif impact à sa sortie car la littérature adolescente traitant de sexualité, de « qui suis je, où vais je, que suis je destiné à devenir » ne devait pas courir les rues à l’époque !

Je plains un peu les élèves obligés de l’étudier encore aujourd’hui quand, depuis, on a pu écrire de bien plus récents romans au parlé plus actuel.

  • De l’art d’élever des enfants (im)parfaits de Patrick Ben Soussan, Collection 1001 bébés,  2018

Acheté lors d’un colloque sur la question de l’attachement , ce livre est un très bon deculpabilisateur sur le rôle de parent, sur nos erreurs et nos petits tracas. L’auteur, pédopsychiatre, revient sur tous ces conseils qui sont donnés pour élever un enfant, toutes les « méthodes » d’éducation qui fleurissent et qui, bien souvent, nous font un peu (beaucoup?) culpabiliser sur nos maladresses et erreurs de parents. Pour se faire comprendre il utilise nombre codes de notre temps (Instagram, Pinterest, Julia Roberts, Super Nanny entre autres y sont cités) et tend à nous montrer que si nos enfants sont imparfaits… Eh bien c’est parfait !

Et toi, qu’as tu lu ce mois ci?

En cours ici, « La Villa » de Peter Nichols.

#52dentelles : purple

Oui, oui, je te vois là, derrière ton écran chanter « Pluie violette, pluie violette… »* d’un air inspiré ! Ah ! On fait moins la maligne !

Aujourd’hui on continue dans la cousette simplissime, pas prise de tête de l’été.

Il y a quelques mois, j’ai adopté le shampoing solide. Un petit galet super pratique, super économique et écologique.

**** Instant pub ****

Je ne suis pas du tout rémunérée pour ça, et vu le peu de passage sur mon blog, je ne suis pas sûre que ça leur soit très utile, mais je voulais vraiment partager avec toi cette marque extra qu’est « Les savons de Joya« . J’ai découvert leur shampoing solide et depuis c’est la révélation : mes cheveux sont tous doux, restent propres plus longtemps…le shampoing est sans huile essentielle, donc je l’utilise aussi pour Charlotte, et il dure des mois !

Depuis, j’ai aussi adopté leur déodorant rechargeable !

Cerise sur le cupcake : ils sont fabriqués et vendus en Normandie, juste à côté de mon bureau, à Douvres-la-Delivrande !

**** Fin de l’instant pub ****

Et donc, pour transporter et ranger ce shampoing, il me fallait une pochette !

Illico presto, et dans le thème de la semaine, à savoir le mauve, j’ai cousu une pochette. Une face en coton à fleurs, une face en coton enduit à pois, et le tour est joué !

*mais siiiii, tu sais, Prince, « Purple rain, purple rain… »

#52dentelles #purple

#52dentelles : Tea Time

Ola chère lectrice !

Aujourd’hui, je vais te parler tea-time. Tu sais, cette invention des Dieux qui consiste à partager avec de très bonnes amies de succulentes pâtisseries en buvant du thé et en riant à gorge déployée. Cela me renvoie à de merveilleux souvenirs de mon trentième anniversaire autour d’un tea-time au Shangri-La.

Qu’y a-t-il de plus classique pour accompagner un tea-time que des macarons ? D’ailleurs si tu passes par Caen, je te conseille de goûter les délicieux macarons d’Alban Guilmet…toutes ses pâtisseries sont des tueries en fait…

20180806_211544.jpg

J’avais envie de réaliser une jolie robe trapèze pour Charlotte et j’ai trouvé mon patron bonheur chez Lou and me....grâce à ce super patron téléchargeable et GRATUIT qu’est la robe Poppy !

Un bonheur à coudre, rien de compliqué, tout est clairement expliqué !

J’ai hâte de voir ce que ça donne sur Charlotte !

#52dentelles #tea-time

#52dentelles : Galaxie

Liberééeeeeeee ! Delivrééeeee !

Ok, j’exagère. N’empêche que pendant 5 jours je suis sans mari ni enfant. Un monde de possibles s’ouvre à moi !

Ok, ok, il va falloir aller quand même au travail… mais c’est un détail !

Aujourd’hui une cousette ULTRA COMPLIQUÉE. Un truc à faire pâlir d’envie les petites mains de chez Chanel. J’ai nommé…le couvre boîte à mouchoirs ! 😅

Pour rester dans le thème étoilé qui nous a mené dans la déco autour de Charlotte depuis sa naissance, une véritable galaxie, j’ai utilisé encore et toujours le même tissu. Je l’aime beaucoup !

J’ai prévu une paniette pour ranger les produits, mais je suis à cours de vlieseline !

#52dentelles #galaxie

Point « lecture » de juillet

Salut ma belette !

J’imagine que si tu es déjà en vacances, tu as d’ores et déjà prévu tes lectures de l’été. Sinon, ma foi, je m’en vais de ce pas te donner quelques idées.

3000 façons de dire je t’aime, Marie-Aude Murail

téléchargement

De la littérature jeunesse, pour commencer !  Un très bon livre à mon goût, dont l’histoire se construit autour du Théâtre. Trois jeunes gens, une fille et deux garçons, découvrent l’amour du théâtre (mais pas que) grâce à l’une de leurs profs de collège. Parvenus à la fin du lycée en suivant chacun des chemins différents, ils se recroisent pour une audition au Conservatoire qui peut tout changer… super roman, captivant, drôle,  émouvant, nostalgique, qui m’a replongée avec bonheur dans l’ambiace de la pratique du théâtre que j’ai malheureusement abandonné à la fin du lycée.

Monsieur est mort, Karine Silla

Changement d’ambiance. Ce roman est lourd, plein de gravité, dramatique…mais aussi poétique et addictif ! Bien écrit, mais bon, il faut avoir le moral !

Un homme qui a tout quitté il y a des années pour partir s’installer en Inde, loin de tout et de tous, pour y vivre une vie anonyme, revient brusquement en France, à Paris, à la demande de sa mère. Son père vient de mourir. Mais pourquoi le fait il alors qu’il haissait ce père ?  Qu’est ce qui le pousse à revenir ? On le suit pendant à peine 24h, qui font remonter en lui souvenirs, sentiments, sensations et crée angoisses, envies, craintes et besoins.

Ta deuxième  vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano

Alors oui, oui, je sais, j’arrive 300 ans après tout le monde. Mais je dois dire que ça ne m’a pas passionnée. Un petit roman de développement personnel sympathique, bourré de trucs et astuces pour mieux vivre sa vie, en pleine conscience et en trouvant le bonheur. Ok. Personnellement, ça me fatigue d’avance. Il y a quelques trucs à piocher, je ne dis pas, mais je ne me vois pas mettre tout ça en pratique.

Sinon ça se lit vite et facilement. Ce n’est pas de la haute littérature.

La bibliothèque des coeurs cabossés, Katarina Bivald

De la chick lit, mais de compét’ ! Une jeune suédoise, qui ne vit que dans les livres, et qui vient récemment de perdre son emploi de libraire, part sur un coup de tête dans une petite bourgade de l’Iowa pour y rencontrer sa correspondante, une dame âgée. À son arrivée elle découvre que celle ci vient de mourir ! Invitée par la communauté, elle décide de rester quelques temps…

Alors certes c’est une littérature de vacances, pas trop prise de tête, avec des sentiments et tout et tout (d’ailleurs le dernier tiers du livre est tout à fait WTF et un peu trop cucul la praline pour moi). Cependant tout le livre est émaillé de nombreuses références littéraires diverses et variées, de réflexions intéressantes sur la lecture vs la vraie vie, et d’observations sur la posture de lecteur. J’ai bien aimé, donc.

Matins bleus, Jean-Marie Laclavetine

Livre qui m’a tout de suite attirée par sa quatrième de couverture, très succincte, où l’on apprend que l’on va observer les personnes croisées dans une gare pendant 12h. Ça, j’adore. La petite vie des petites gens, celle que je me plais à imaginer quand je voyage en train… un roman interessant, daté de 2004, et malheureusement visionnaire. Quelques longueurs selon moi, mais des personnages très travaillés, un roman choral bien construit. En plus, parfois le narrateur fait une incursion, le lecteur est également invité à décider de la suite des événements. Une jolie découverte.

Le collier Rouge, Jean-Christophe Rufin

Adapté au cinéma et sorti cette année, Le Collier Rouge est un roman court mais efficace, haletant et super bien écrit !  Pourtant, mon premier contact avec cet auteur avait été très décevant. Là, je dois dire que j’ai adoré !

Nous sommes au sortir de la première guerre mondiale. Un juge se rend dans le Berry pour y rencontrer un prisonnier, ancien poilu, décoré de la Légion d’honneur. Que s’est il passé pour qu’il se retrouve là ?  Et que fait ce chien, prénommé Guillaume, à l’attendre en aboyant toute la journée devant la prison?

Je recommande !

20 pulls tous doux, Charlov

20-pulls-tout-doux-à-tricoter-toute-lannée

Et enfin parce qu’ici on est sur un blog de couture et de tricot, un livre de tricot, trouvé à la bibliotheque, avec de jolis modèles qui me semblent à ma portée !  J’ai déjà acheté le livre de layette de cette auteure blogueuse, et j’ai bien aimé !

Des idées à me donner pour le mois d’août ?  Je suis bientôt en vacances !