Point lecture du mois d’août

Aoûûût ! AOUUUUUU ! Vacances !!!!!!! Détente !!!! Lectuuuuuure !!!!

Oui, arrivée au moment des vacances d’été, me voilà un peu devenue femme des cavernes qui ne pense à rien d’autre que….rien. Le farniente. No stress. No cavalcade. No situation pénible à gérer au boulot. Rien. Retour à la vie. Et retour aux livres !

Donc, au mois d’août, j’ai lu plusieurs choses. Deux bandes dessinées, deux romans, un classique et un essai si bien écrit qu’il se lit comment un roman.

  • Artemisia, Bande dessinée de Nathalie Ferlut et Tania Baudoin, collection Mirages, Editions Delcourt.

L’histoire vraie d’Artemisia Gentileschi, une peintre émérite et renommée, qui exerça son art dans l’Italie de la Renaissance, malgré toute la difficulté pour être reconnue à une époque où naître femme et vouloir vivre de son art était chose impossible. Les femmes alors n’avaient pas même le droit d’acheter seule du matériel de peinture…quant à signer leur propres tableaux…

Une artiste qui mériterait sa place dans un tome prochain des « Culottées » de Pénélope Bagieu !

  • Eve sur la balançoire, Bande dessinée de Nathalie Ferlut (encore !), Editions Casterman

Encore un portrait de femme, un destin brisé mais une histoire incroyable. J’ai adoré le style du dessin !

Voici le conte cruel de Florence Evelyn Nesbit, dite Eve, dans le New York des années 20. A l’âge de 16 ans, poussée par sa mère qui monnaye sa beauté, Eve devient le visage de nombreuses publicités, une icône et une emblème pour la jeunesse de l’époque. Pour s’être approchée trop près de la lumière, elle va petit à petit se brûler les ailes…malheureusement, son destin se nouera autour d’un fait divers incroyable qui, s’il est inconnu en France, reste marquant pour les Etats Unis où il est connu comme « le premier procès du siècle ».

  • Loin de Sils Maria : la prodigieuse ascension de Johann Josty, de Michèle Kahn, aux éditions Le Passage.

J’avoue tout : j’ai emprunté ce livre pour sa couverture, très dépaysante, mais aussi pour la référence à un film que j’ai beaucoup aimé, avec Juliette Binoche et Kristen Stewart.

Mais ici, rien à voir. Nous suivons, à nouveau, l’histoire vraie de Johann Josty, au démarrage prénommé Gian. C’est un petit garçon qui grandit à Sils Maria, au XVIIIème siècle, un petit village dans la montagne (aujourd’hui Suisse), où il garde des chèvres pour le compte de quelqu’un d’autre. Un jour, il blesse mortellement une chèvre, alors qu’il comptait fleurette à une jolie jeune fille…Effrayé, craignant les sanctions, il s’enfuit, et rejoint Magdebourg, en Prusse, seul, sans vivres, à pieds, pour se faire embaucher comme apprenti pâtissier chez son oncle. Là bas, il va apprendre à filer le sucre, découvrir arômes et fruits jusqu’ici inconnus…. il montera le premier véritable empire de la pâtisserie à Berlin, mais n’oubliera jamais d’où il venait, et ce si beau village au nom poétique « Sils Maria ».

Une très passionnante histoire. J’ai cependant parfois peu apprécié le style, qui mêle « petite histoire » et « Grande Histoire », avec beaucoup de dates, d’événements historiques relatés, de personnages célèbres (simplement pour situer le contexte) et, à mes yeux, ces éléments noyaient parfois le roman dans l’Histoire.

  • Broadway Limited, de Malika Ferdjoukh

Un roman jeunesse cette fois, que j’ai beaucoup beaucoup aimé. Il faut dire que je suis nostalgique de cette époque que je n’ai pas connue aux États Unis, juste après la Seconde Guerre Mondiale, où tout semblait possible…

Nous sommes donc à New-York et par un concours de circonstances, et de différence de prononciation, le jeune Jocelyn Brouillard, français, se trouve admis dans une pension réservée aux jeunes filles. Il est là pour poursuivre des etudes de musique.

Il va alors rencontrer toute une galerie de personnages hauts en couleurs, qui présentent tous leurs failles et leurs histoires secrètes. on y croise également nombre stars de l’époque !

C’est un premier tome, d’une saga qui en compte deux… hélas le deuxième ne sort qu’en novembre de cette année ! Il sera long d’attendre jusque là  (et plus encore car je l’emprunte à la bibliothèque !).

  • L’attrape-coeurs, de JD Salinger

Un classique de la littérature américaine, toujours étudié aujourd’hui par les élèves américains, et ce depuis sa première parution en 1951.

On y suit le récit à la première personne d’Holden Cawlfield, qui vient d’être renvoyé de son quatrième college à l’âge de 16 ans. Il décide de quitter l’établissement au beau milieu de la nuit, quelques jours avantque ne débutent les vacances de Noël. Nous suivons environ les 36 heures suivantes et les sauts de la mémoire du personnage principal.

Bon. Je dois dire que je n’ai pas tellement aimé ce livre. Le ton, les propos très orduriers, le pessimisme permanent du « héros », et les permanents allers retours de ses pensées m’ont un peu gonflée. En revanche je peux comprendre qu’il ait eu un vif impact à sa sortie car la littérature adolescente traitant de sexualité, de « qui suis je, où vais je, que suis je destiné à devenir » ne devait pas courir les rues à l’époque !

Je plains un peu les élèves obligés de l’étudier encore aujourd’hui quand, depuis, on a pu écrire de bien plus récents romans au parlé plus actuel.

  • De l’art d’élever des enfants (im)parfaits de Patrick Ben Soussan, Collection 1001 bébés,  2018

Acheté lors d’un colloque sur la question de l’attachement , ce livre est un très bon deculpabilisateur sur le rôle de parent, sur nos erreurs et nos petits tracas. L’auteur, pédopsychiatre, revient sur tous ces conseils qui sont donnés pour élever un enfant, toutes les « méthodes » d’éducation qui fleurissent et qui, bien souvent, nous font un peu (beaucoup?) culpabiliser sur nos maladresses et erreurs de parents. Pour se faire comprendre il utilise nombre codes de notre temps (Instagram, Pinterest, Julia Roberts, Super Nanny entre autres y sont cités) et tend à nous montrer que si nos enfants sont imparfaits… Eh bien c’est parfait !

Et toi, qu’as tu lu ce mois ci?

En cours ici, « La Villa » de Peter Nichols.

Publicités

Point « lecture » de juillet

Salut ma belette !

J’imagine que si tu es déjà en vacances, tu as d’ores et déjà prévu tes lectures de l’été. Sinon, ma foi, je m’en vais de ce pas te donner quelques idées.

3000 façons de dire je t’aime, Marie-Aude Murail

téléchargement

De la littérature jeunesse, pour commencer !  Un très bon livre à mon goût, dont l’histoire se construit autour du Théâtre. Trois jeunes gens, une fille et deux garçons, découvrent l’amour du théâtre (mais pas que) grâce à l’une de leurs profs de collège. Parvenus à la fin du lycée en suivant chacun des chemins différents, ils se recroisent pour une audition au Conservatoire qui peut tout changer… super roman, captivant, drôle,  émouvant, nostalgique, qui m’a replongée avec bonheur dans l’ambiace de la pratique du théâtre que j’ai malheureusement abandonné à la fin du lycée.

Monsieur est mort, Karine Silla

Changement d’ambiance. Ce roman est lourd, plein de gravité, dramatique…mais aussi poétique et addictif ! Bien écrit, mais bon, il faut avoir le moral !

Un homme qui a tout quitté il y a des années pour partir s’installer en Inde, loin de tout et de tous, pour y vivre une vie anonyme, revient brusquement en France, à Paris, à la demande de sa mère. Son père vient de mourir. Mais pourquoi le fait il alors qu’il haissait ce père ?  Qu’est ce qui le pousse à revenir ? On le suit pendant à peine 24h, qui font remonter en lui souvenirs, sentiments, sensations et crée angoisses, envies, craintes et besoins.

Ta deuxième  vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano

Alors oui, oui, je sais, j’arrive 300 ans après tout le monde. Mais je dois dire que ça ne m’a pas passionnée. Un petit roman de développement personnel sympathique, bourré de trucs et astuces pour mieux vivre sa vie, en pleine conscience et en trouvant le bonheur. Ok. Personnellement, ça me fatigue d’avance. Il y a quelques trucs à piocher, je ne dis pas, mais je ne me vois pas mettre tout ça en pratique.

Sinon ça se lit vite et facilement. Ce n’est pas de la haute littérature.

La bibliothèque des coeurs cabossés, Katarina Bivald

De la chick lit, mais de compét’ ! Une jeune suédoise, qui ne vit que dans les livres, et qui vient récemment de perdre son emploi de libraire, part sur un coup de tête dans une petite bourgade de l’Iowa pour y rencontrer sa correspondante, une dame âgée. À son arrivée elle découvre que celle ci vient de mourir ! Invitée par la communauté, elle décide de rester quelques temps…

Alors certes c’est une littérature de vacances, pas trop prise de tête, avec des sentiments et tout et tout (d’ailleurs le dernier tiers du livre est tout à fait WTF et un peu trop cucul la praline pour moi). Cependant tout le livre est émaillé de nombreuses références littéraires diverses et variées, de réflexions intéressantes sur la lecture vs la vraie vie, et d’observations sur la posture de lecteur. J’ai bien aimé, donc.

Matins bleus, Jean-Marie Laclavetine

Livre qui m’a tout de suite attirée par sa quatrième de couverture, très succincte, où l’on apprend que l’on va observer les personnes croisées dans une gare pendant 12h. Ça, j’adore. La petite vie des petites gens, celle que je me plais à imaginer quand je voyage en train… un roman interessant, daté de 2004, et malheureusement visionnaire. Quelques longueurs selon moi, mais des personnages très travaillés, un roman choral bien construit. En plus, parfois le narrateur fait une incursion, le lecteur est également invité à décider de la suite des événements. Une jolie découverte.

Le collier Rouge, Jean-Christophe Rufin

Adapté au cinéma et sorti cette année, Le Collier Rouge est un roman court mais efficace, haletant et super bien écrit !  Pourtant, mon premier contact avec cet auteur avait été très décevant. Là, je dois dire que j’ai adoré !

Nous sommes au sortir de la première guerre mondiale. Un juge se rend dans le Berry pour y rencontrer un prisonnier, ancien poilu, décoré de la Légion d’honneur. Que s’est il passé pour qu’il se retrouve là ?  Et que fait ce chien, prénommé Guillaume, à l’attendre en aboyant toute la journée devant la prison?

Je recommande !

20 pulls tous doux, Charlov

20-pulls-tout-doux-à-tricoter-toute-lannée

Et enfin parce qu’ici on est sur un blog de couture et de tricot, un livre de tricot, trouvé à la bibliotheque, avec de jolis modèles qui me semblent à ma portée !  J’ai déjà acheté le livre de layette de cette auteure blogueuse, et j’ai bien aimé !

Des idées à me donner pour le mois d’août ?  Je suis bientôt en vacances !

#52dentelles : Plume

Plus le temps passe, plus les thèmes me semblent compliqués !  Pour être tout à fait honnête avec toi, j’ai trouvé mon idée aujourd’hui même, au détour d’une étagère à la bibliothèque Alexis de Tocqueville de Caen.

Plume, donc.

Prendre la plume. Écrire. Pour dire quoi ?  Raconter une histoire ? Ou dire ce que l’on a sur le coeur ?

Cette deuxième hypothèse est celle qui a été développée par une jeune fille américaine, Emily Tronko, âgée de 16 ans, lorsqu’elle a décidé de créer un tumblr sur lequel elle a commencé à écrire les lettres qu’elle n’enverrait jamais. Des lettres pour dire ce qu’elle pensait au fond d’elle même sans oser le dire aux personnes concernées. Qui n’a jamais fait ça ?  Qui n’a jamais écritt une lettre à son premier amour d’adolescence sans jamais la lui remettre (ou lui envoyer un mail, ok)?

Le Tumblr d’Emily a connu un vif succès, et de nombreux internautes se sont mis à poster leurs propres lettres, parlant d’amour, de coeur brisé, de perte tragique, de bonheur, d’amitié….

Et voilà quelques unes de ces missives rassemblées dans un ouvrage : « Je voulais juste te dire…les lettres que vous n’avez jamais osé envoyer ».

images

La très bonne idée a été d’engager une illustratrice pour magnifier ces récits.

je-voulais-juste-te-dire_emily-trunko_lisa-congdon_lettre3

Un condensé d’émotions, et même si ces lettres ont beaucoup été écrites par des adolescents, je pense que chacun peut s’y retrouver. Je trouve qu’il y a beaucoup de messages positifs transmis et cela donne envie d’écrire à tous les gens qu’on aime. Pas juste une carte postale, mais bien de prendre la plume pour écrire et laisser trace de tout ce qu’on garde enfoui en son coeur !

#52dentelles

#52dentelles super en retard : La dernière fugitive, Tracy Chevalier

Bon, bon, bon….on dirait sérieusement que je suis à la bourre.

Heureusement pour toi, j’ai dégoté un livre qui relie parfaitement les thèmes « sauvage » et « délicatesse ». Incroyable non ?

Je vais donc te parler du livre « La dernière fugitive » de Tracy Chevalier.

81VD-mHAIxL

Voici ce qu’en dit la quatrième de couverture :

1850. Après un revers sentimental, Honor fuit les regards compatissants des membres de sa communauté quaker. Elle s’embarque pour les États Unis avec sa soeur, Grace, qui doit rejoindre son fiancé.  A l’eprouvante traversée s’ajoute bientôt une autre épreuve : la mort de Grace. Honor décide néanmoins de poursuivre son voyage jusqu’à une petite bourgade de l’Ohio. C’est dans cette Amérique encore sauvage et soumise aux lois esclavagistes, contre lesquelles les quakers s’insurgent, qu’elle va essayer de se reconstruire.

Mon avis sur ce livre : j’ai beaucoup aimé !  Ce livre aborde avec beaucoup de délicatesse la question de l’identité, de la construction de soi, mais aussi de ce que l’on est prêt à faire et à remettre en question pour faire valoir ses valeurs. J’ai aussi beaucoup appris sur la communauté quaker, son fonctionnement, sa foi, ses valeurs. J’ai aussi découvert le « chemin de fer clandestin », dont j’ignorais tout…Et cela m’a donné envie d’en savoir plus !

Last but not least, l’héroïne est une quilteuse (on dirait plus grossièrement qu’elle fait du patchwork) ! Il y a donc des descriptions de tissus et de gestes de couturière très agréables à lire 😊 j’ai souvent rêvé de savoir quilter, c’est un tel art ! Un jour peut être m’y mettrais je ?

Un livre qui se lit vite, et qui m’a complètement embarquée !

#52dentelles : Rose

Le thème de la semaine, c’est Rose ! J’avais bien envie de te présenter ma dernière cousette pour un « carnet rose » mais la demoiselle se fait attendre…. Alors aujourd’hui je vais te parler lecture, et plus précisément de bandes dessinées !

ROSE, Les petites marées – Séverine Vidal et Victor L.Pinel

Couv_289695

J’ai été attirée par la couverture de cette BD, comme une envie de bord de mer et d’embruns salés (Tu me diras, je n’ai que 20km à faire pour en respirer hein !).

Il s’agit du troisième tome d’une série,  mais chaque tome est une histoire indépendante (heureusement car je n’ai pas lu les autres !).

La mère de Rose souffre de troubles psychiques graves. Rose devient peu à peu la mère de sa mère, l’adulte référente. Sa rencontre avec Tristan, et les amis de celui ci, va lui permettre de s’affranchir peu à peu de ce quotidien compliqué. Avec eux, elle va partir faire un demi-tour du monde en voilier, et envoyer à chaque escale une carte postale a sa mère, se rappelant des détails de son enfance pas comme les autres…

Une très jolie BD, très douce, sans aucune autre couleur que le bleu, le blanc et le noir déjà présents sur la couverture. Les personnages sont intéressants, travaillés et l’histoire est prenante sans être pesante. J’ai hâte de lire les autres tomes !

VIOLETTE NOZIERE, VILAINE CHERIE – Camille Benyamina et Eddy Simon

9782203038547

Une bande dessinée qui revient sur l’histoire de Violette Nozière, qui, au début du XXème siècle, tenta et réussit d’empoisonner ses parents pour vivre une vie rocambolesque avec son amant. Elle sera condamnée à mort, puis graciée et enfin réhabilitée.

Les dessins sont superbes, l’histoire très claire et passionnante. À la fin de la BD, une biographie et des photographies apportent des éclairages eclaitages supplémentaires.

FASHION WEAK – Caroline de Surany et Anne-Olivia Messana

fashionWeak

Une petite BD détente, qui raconte comment Adélaïde, qui se rêvait créatrice de mode, mais sans talent, parvint, à force de coups de chances et de bonnes rencontres à devenir un membre éminent d’un magazine de mode. Humoristique, sympathique, mais pas non plus transcendant.

C’était mon dernier passage à la bibliothèque !  J’y ai aussi emprunté la trilogie de la Croisée des mondes. Il n’est jamais trop tard, pas vrai ?

#52dentelles #rose

« Mariage de saison » Jean-Philippe Blondel

A nouveau, un roman très court qui se lit très vite.

9782283028391

Soyons clairs : j’ai été déçue.  Pourtant, cet auteur, je l’aime beaucoup, particulièrement « Le baby-sitter » et « 06h41 ». Cette fois, peut être en attendais je trop ? Toujours est-il que j’ai trouvé cela poussif…

Donc dans ce livre, nous suivons Corentin,  une trentaine d’années,  qui fait du sur place dans sa vie. Durant la saison des mariages, il travaille avec son parrain comme videaste  de mariage. Il a beaucoup d’envies, de projets mais ne met rien en place…cet été là, il a 5 mariages, 5 histoires à suivre, 5 familles à découvrir. Et des choix à faire à la fin pour Corentin.

Bon, c’est sympathique…mais un peu cousu de fil blanc, et très critique à l’égard du mariage. Pas le meilleur donc à mes yeux mais ça se lit bien.