100 fois sur le métier…

J’aurais dû faire mienne cette maxime avant de coudre le Bai Jia Bei définitivement !

Chaque carré de tissu a été envoyé avec une petite carte formulant un voeu pour Petitou. Ce matin, j’ai collé toutes ces jolies cartes et petits mots dans un très joli album qui nous avait été offert par un ami prêtre, Thierry, lors de notre mariage.

En effectuant cela je me suis rendue compte avec horreur que j’avais oublié des carrés de tissus, cachés dans des enveloppes!  Misère !  J’étais mortifiée !

J’ai donc décidé de les utiliser pour ajouter un petit truc en plus….

Un coussin passepoilé !  Nul doute qu’il trouvera une utilité !

Je présente toutes mes excuses à Nathalie, Simon, Céline,  Nicolas, et Véro pour ces oublis…

Publicités

Tradition chinoise autour de la naissance : le Bai Jia Bei

Aujourd’hui, je te présente une tradition chinoise que j’ai décidé de reprendre pour accueillir notre Petitou.

J’en avais entendu parler sur un blog il y a quelques années et j’avais trouvé cette histoire très jolie. Tu peux retrouver cette histoire et d’autres belles traditions autour de la maternité de différents pays du monde dans ce très joli livre qui m’a été offert à Noël par mon amie Marine. (Merci 😚).

20170124_142816

Qu’est ce donc ? Le Bai Jia Bei est aussi appelée Couverture aux cent voeux. Voici l’origine de cette tradition :

La dernière Impératrice de Chine, l’Impératrice Cixi, n’était qu’une des nombreuses concubines de l’Empereur de Chine jusqu’à ce qu’elle lui donne un enfant, l’unique héritier de l’Empereur. La légende raconte qu’un jour, elle dut s’absenter et fut forcée de laisser son enfant seul. De peur que les autres concubines, jalouses, ne s’en prennent à lui, elle pria chacune des 100 familles les plus puissantes de Chine de lui donner un morceau de soie. Avec ces 100 bouts de tissus, elle demanda ensuite au tailleur du palais de confectionner une robe longue pour l’enfant. Ainsi, symboliquement, il fut alors sous la protection des plus grandes familles de Chine, et sa mère, rassurée, put partir sans crainte.

Cette histoire s’est répandue à travers la Chine et de nombreuses familles imitèrent le geste de l’Impératrice, en remplaçant la robe longue par une couverture, donnant ainsi naissance à la tradition du Bai Jia Bei.

Concrètement, aujourd’hui, il s’agit de demander à ses proches (familles, amis…) un morceau de tissu, de la taille, forme et couleur souhaitées, accompagné d’une petite carte formant un voeu pour l’enfant à naître. Ainsi, il/elle aura plein de parrains/marraines/bonnes fées pour veiller sur lui/elle.

Il suffit ensuite pour les parents d’assembler les morceaux de tissus entre eux dans un genre de patchwork et de former la couverture protectrice !

Pour notre part nous avons demandé à nos familles et amis des carrés de 20×20cm dans les coloris beige, gris, bleu et rouge. Nous avons reçu de nombreuses participations et nous en avons été très agréablement surpris et touchés.

Je ne suis pas formée à la technique du Patchwork mais voici la couverture finale de notre Petitou !

Les tissus viennent de Haute-Marne, de Lorraine, de Strasbourg, du Doubs, de Lyon, de l’Yonne, de Normandie, du Limousin, de région parisienne, du Lot…de partout en France mais aussi du Japon, du Canada et de Belgique !

MERCI INFINIMENT À TOUS !

J’ai le béguin !

Nouveau projet tricot, nouveau défi,  nouvelles difficultés aussi.

De promenade sur Pinterest, je suis tombée sur ce petit bonnet, dénommé béguin de lutin !

Il me semblait facile d’accès et me permettait de travailler augmentation et diminution. Sauf que ce n’était pas si facile ! Heureusement que ma copine L’irbis – qui réalise des choses époustouflantes en tricot et couture – était là pour me faire une petite vidéo explicative des augmentations et me soutenir ! Merci à elle !

Et voilà le résultat !

N’ayant ni bébé  (ouf) ni chat coopérant pour te présenter ce bonnet, c’est donc notre petite oursonne offerte pour notre premier anniversaire de mariage qui joue les mannequins !

Qu’en penses tu ?

Et parce que je n’ai pas su m’arrêter, j’ai tenté des petites mitaines !  J’ai un peu trop serré les mailles en haut de la mitaine droite qui est donc un peu étroite mais c’est sympa quand même !  Et ça m’a pris 2h !

20170119_090719

Et maintenant, quel nouveau projet ? Je vais délaisser un peu le tricot pour la couture…

« Polina » et « Ballerina »

En fin d’année 2016 et en début 2017, on peut dire que les fans de danse et de comédie musicale comme moi sont gâtés !

Il y a d’abord eu « Ballerina » d’Eric Summer et Eric Warin : un dessin animé qui nous permet de suivre deux orphelins,  Félicie et Victor, qui ont décidé de se sauver de leur institution pour rejoindre Paris, Ville Lumière, dans les années 1880, et suivre leurs rêves.  Félicie voudrait devenir danseuse à l’Opera Garnier mais elle n’a jamais pris de cours, et elle devra se dépasser et apprendre de ses erreurs pour atteindre son but.

052742

Un scénario très basique donc mais une bien jolie histoire et de très jolis décors etambiance Belle Époque  parfaitement rendus.

Ensuite, il y a eu « Polina » de Valérie Müller et Angelin Prejlocaj . Ce film est adapté d’une bande dessinée de Bastien Vivès lue il y a bien longtemps, qui porte le même nom.

J’ai été subjuguée, transportée par ce film, choregraphié par Angelin Prejlocaj. Polina est une petite fille russe, choisie pour entrer dans une école de danse. Celle-ci est très chère et son père est contraint de se lancer dans des activités louches pour la financer. Elle grandit entre son rêve, celui de ses parents et les exigences de la danse classique. Lorsqu’elle tombe amoureuse d’un jeune français, bien qu’elle ait réussi le concours du Bolchoï, elle décide de le suivre pour passer une audition en danse contemporaine à Aix-en-Provence. Les choses ne vont pas tout à fait se passer comme prévu.

C’est superbe, envoûtant, cet éveil à la vie,  à d’autres cultures, à la sensualité… un très bon film avec un vrai scénario !

Et bientôt, il va y avoir « La la Land » ! J’ai hâte ! Rien que pour ça, Petitou doit rester au chaud !

Tricoti-Tricota

Je me suis découvert une nouvelle passion à travers le tricot. Il faut dire que quand ta gyneco a systématiquement 1h de retard à minima dans ses consultations, tu as plutôt intérêt à savoir t’occuper les mains et l’esprit…et tu en conviendras avec moi, trimballer la machine à coudre n’est pas la chose la plus simple !

En plus de cela, je dois « lever le pied » dans les quinze prochains jours, sous peine de voir arriver Petitou avec un peu trop d’avance. Donc canapé, série télé,  coussin et tricot, voilà le quatuor gagnant !

En trois jours, j’ai donc enchaîné deux projets : un long, et un court, chacun avec ses défis pour là débutante que je suis !

SNOOD POUR ADULTE

20170117_095358.jpg

D’abord, un snood tricoté pour moi, dans une laine infiniment douce (Phil Douce de chez Phildar)…mais aussi infiniment traître !  Eh oui, une fois tricotée,  on n’en voit plus les mailles ! J’en ai manqué une en plein milieu,  du coup il y a un trou ! Je compte sur ma belle-mère tricoteuse pour m’aider à réparer cela.

20170117_095412

Mon principal défi était la longueur du projet : 114 mailles à ne pas louper, et tout tricoter en jersey.

Le modèle vient du livre « Je débute au tricot » de chez Phildar, offert l’an passé par ma belle-soeur à Noël.

Je l’aime beaucoup, il est confortable et chaud !

BANDEAU CACHE OREILLES

Là, j’avoue, je cherchais un truc à faire avec la laine que j’ai, puisque je ne peux pas aller courir les magasins (en plein soldes, c’est NUL). Et puis je me suis dit que j’avais envie de tester un nouveau point…alors, après avoir fureté sur Pinterest, j’ai trouvé un petit projet que j’ai mené grâce au tutoriel de Lucette et Suzette.

(Désolée pour ma trogne fatiguée…)

J’ai donc appris le point de riz ! Je me suis beaucoup amusée. Je crois que je l’ai fait un peu trop long (il est un peu trop large) mais j’aime bien et ça réchauffe bien les oreilles par les températures frileuses de ces temps ci (oui, c’est la Normandie, pas le Pôle Nord).

J’ai un nouveau projet sur le feu, toujours au point de riz : un bonnet de bébé !  Cette fois, je vais apprendre les augmentations et les diminutions !20170117_095335

« Mariage de saison » Jean-Philippe Blondel

A nouveau, un roman très court qui se lit très vite.

9782283028391

Soyons clairs : j’ai été déçue.  Pourtant, cet auteur, je l’aime beaucoup, particulièrement « Le baby-sitter » et « 06h41 ». Cette fois, peut être en attendais je trop ? Toujours est-il que j’ai trouvé cela poussif…

Donc dans ce livre, nous suivons Corentin,  une trentaine d’années,  qui fait du sur place dans sa vie. Durant la saison des mariages, il travaille avec son parrain comme videaste  de mariage. Il a beaucoup d’envies, de projets mais ne met rien en place…cet été là, il a 5 mariages, 5 histoires à suivre, 5 familles à découvrir. Et des choix à faire à la fin pour Corentin.

Bon, c’est sympathique…mais un peu cousu de fil blanc, et très critique à l’égard du mariage. Pas le meilleur donc à mes yeux mais ça se lit bien.

« Le jour où le bus est reparti sans elle » Beka Marko Cosson

Initialiement, j’avais prévu de te parler tricot aujourd’hui parce que j’ai DEUX projets à te présenter !  Mais la tempête est passée par là, la luminosité est inexistante aujourd’hui : mes photos habituelles étant déjà euh…approximatives, je ne vais pas t’imposer en plus des photos sombres !

Du coup, je vais te parler d’une bande dessinée que j’ai acheté par hasard.

9782818936023

Il s’s’agit d’un premier tome, il y aura donc une suite !

Voici ce que dit la 4eme de couverture : « Clémentine est un peu perdue et cherche des réponses à ses doutes existentiels. Heureusement la vie réserve toujours des surprises à ceux qui sont prêts à les recevoir. De rencontres insolites en histoires de sagesse, qui sait si Clémentine n’ a tout simplement pas trouvé son chemin vers le bonheur…. »

Cette bande dessinée vraiment toute simple m’a plu par son dessin, mais aussi par l’impression de bien-être qui se dégage des pages. Elle incite à la réflexion sur nos choix, nos experiences, et nous rappelle que dans cette société où tout va très vite, où on est poussé vers le « toujours plus, toujours mieux », il faut parfois savoir s’apesantir sur les petites choses de la vie pour trouver le bonheur.

A travers de jolies fables et des personnages étonnants, les auteurs nous amènent à reconsidérer ce que l’on est et ce que l’on a. Finalement, qu’est ce qui me manque vraiment ? Qu’est ce qui me rend heureuse ?

Une lecture feel-Good !