Les culottées

Il y a longtemps, sur la toile, j’ai connu Pénélope Bagieu, alias Penelope Jolicoeur.

354176392
Penelope Bagieu – http://www.penelope-jolicoeur.com

J’adorais suivre ses « aventures » quotidiennes, et cette patte qui lui est si particulière  (ensuite, j’ai aussi aimé Margaux Motin, grâce à ma BFF,…et Diglee…).

Petit à petit cependant, le succès venant, les publications se sont amoindries….jusqu’à disparaître. C’était pour moi une grande tristesse, une sensation d’abandon après l’avoir suivie toutes ces années. Aurait elle « pris la grosse tête » ? Peut-être…

Quelle ne fut pas ma surprise il y a quinze jours de découvrir que Penelope Bagieu tient de nouveau un blog dessiné !

Cette fois il s’agit d’un blog hébergé par Le Monde, et intitulé « Les Culottées ». 

Des histoires de femmes qui ont mené des destins hors du commun et qui sont parvenues à s’imposer face aux hommes pour mener à bien leurs démarches / ambitions / rêves dans diverses sociétés et à différentes époques !

La « patte » Bagieu est toujours là, l’humour jamais loin, le coup de crayon efficace.

Je suis contente de la retrouver. Mais je reste sur mes gardes.

Chat échaudé….

Publicités

Charlotte, David Foenkinos

J’ai profité d’un week-end chez mes parents pour aller à la rencontre de la bibliothèque de ma mère… ma mère a souvent des bonnes idées de lecture (et parfois aussi des romans mièvres ou cucul la praline, mais allez, avouons le, qui n’aime pas se détendre avec ça ? ).

Bref, au détour d’une étagère, il était là. Charlotte.

Charlotte_en_grands_caracteres

Ce livre a été l’un des plus grands succès de l’année 2014, a reçu des prix…. j’aime beaucoup le style de Foenkinos. La delicatesse m’avait vraiment plu  (le film, beaucoup moins).

Donc, j’ai eu l’occasion de le lire.

Et je l’ai dévoré. En une soirée.

La forme est très originale, et l’auteur s’inclut dans le roman biographique. Je trouve que c’est très percutant et très émouvant.

Je ne connaissais absolument pas cette artiste, Charlotte Salomon, morte dramatiquement à 26 ans en 1943, alors qu’elle était enceinte.

Ce roman m’a tenue éveillée, m’a donné envie de découvrir l’oeuvre de cette artiste, et de lire plus de Foenkinos !

Allez, la prochaine fois je te parle d’un roman dégoulinant de mièvrerie comme on les aime !

Rose et bleu

Les naissances s’enchaînent parmi les proches : je ne compte pas moins de sept naissances à venir jusqu’au mois de juillet 2016 ! (Si je comptais jusque décembre, je crois que le chiffre me ferait peur…)

A l’occasion du week-end de l’Ascension, nous sommes rentrés en Haute Marne, chez les parents de mon mari, et j’en ai profité pour emmener avec moi ma machine à coudre et entamer le marathon des cousettes de naissance !

Pour le petit Naël né chez une amie du collège, et pour une petite fille à venir chez une amie en Belgique, voici deux cadeaux similaires mais différents : un bavoir, un attache-tétine et un doudou étiquettes! 

20160507_100233 20160507_100300 20160507_100335 20160507_100408 20160507_100444(1)

Les tissus proviennent tous de mon stock. Vous avez pu voir le rose à motifs dans la réalisation pour l’anniversaire de Nathalie… Le rose « presque uni » vient d’une box de l’Atelier de la Souris, les autres viennent essentiellement de chez Bouillon de couture et Mondial tissus.

Les pressions viennent de chez Butinette, les pinces de A Little Mercerie (mon stock est quasi vide !) et toutes les étiquettes sont soient des rubans de mon stock soient des récup !

Chez toi aussi, c’est le boum des naissances?

 

 

 

Séance de cinéma : Les Malheurs de Sophie

Dès que j’ai croisé l’affiche du nouveau film de Christophe Honoré, avec ce titre, et cette bouille, j’ai eu envie d’aller le voir !

ressources-2016-02-15_11-16-17_les_mahleurs_de_sophie_120x160_def

Parce que La Comtesse De Ségur, c’est toute mon enfance : « Les malheurs de Sophie », « Les petites filles modèles« , « Les vacances » (ces trois là avaient ma préférence), « Un bon petit diable »… J’ai dévoré ses romans des dizaines de fois (et là, j’ai tout bonnement envie de les relire. Encore.), pendant les vacances ou le soir sous ma couette avec ma lampe en forme de poupée tahitienne (oui, oui, c’était kitsch mais je l’adorais).

Je suis donc allée au cinéma Lux de Caen jeudi 28 avril pour y rencontrer la petite Sophie de Réans incarnée à l’écran par Caroline Grant.

C’est un très joli film. Pas un chef d’œuvre, pas un grand classique, mais un très joli film qui reprend bien les grands traits de l’histoire des Malheurs de Sophie (et un peu des Petites filles modèles aussi). Les enfants qui jouent dans le film sont très naturels, en dehors de quelques « récitations ». Sophie est criante de vérité.

Les costumes sont absolument sublimes, tout comme les décors, et j’aime beaucoup l’idée d’avoir intégré des personnages d’animation pour éviter de traumatiser des animaux (oui, car Sophie peut être cruelle…).

Mme Fichini est EXTRAORDINAIRE ! Vraiment ! Cette femme froide, désagréable, autoritaire et sans cœur est magnifiquement interprétée par Muriel Robin.

J’ajouterai également que je suis très heureuse de voir Golshifteh Farahani dans un rôle de femme douce mais inquiète, celui de Mme de Réans, mère de Sophie… soit pour une fois une femme à double culture qui ne joue pas au choix une sans papier/une prostituée/une femme victime de violences ou d’un mariage forcé/ une migrante/…. Non, juste une femme. Une mère. Une épouse. Point. On s’en fout de sa carnation et de son « origine », c’est une très bonne actrice, et sa ressemblance avec sa « petite fille » est troublante.

Enfin, et ça, c’est mon goût personnel, mais l’acteur (David Prat) qui joue Joseph est…graou ! J’espère qu’on le verra plus souvent hé hé hé…

En bref, un bon film à voir avec des enfants (avant ou après leur avoir mis les romans de la Comtesse de Ségur entre les mains), à partir de 7 ou 8 ans je pense.

PS : Sais tu que le château qui a abrité la Comtesse de Ségur en France et qui lui a inspiré notamment la trilogie Malheurs de Sophie – Petites filles modèles – Vacances se trouve en Normandie, et plus précisément dans l’Orne, à proximité de l’Aigle? J’ai eu la chance de le voir dans le cadre de mon travail… Aujourd’hui, il abrite un Institut Médico-Educatif (IME) pour enfants porteurs de handicaps. J’étais toute émue en le découvrant.